Forum

             Forum  bandeforum

 

                         Forum : Des réponses à vos questions.

                         Voulez-vous faire une cure d’isotrétinoïne ? Comment s’est passé votre cure ? Vous subissez des effets indésirables ?

                             Le roaccutane et ses génériques : danger pour la santé ? indication contre indication parlons Roaccutane …

                              



4800 commentaires

1 237 238 239 240
  1. marie dit :

    Bonjour,

    J’ai pris roaccutane à 18 ans, j’en ai presque 30 actuellement

    Les deux premières années après la 1ère prise: fatigue extrême rendant la vie sociale difficile (je dormais tout le temps, à la fac en cours, dans le bus, les weekends presque 24h/24)
    Depuis je suis toujours extrêmement fatiguée, depuis 12 ans je ne sais plus ce que c’est qu’être en forme, reposée…
    Ca me gâche la vie car je ne peux pas en profiter comme je veux
    Jusqu’à mes 18 ans, j’étais fatiguée si je dormais très peu, là je suis totalement KO quoi que je fasse et dormir moins de 8h est dangereux si je conduis par exemple.

    Gros problèmes de concentration, j’ai pu poursuivre mes études mais plus difficilement que ce que j’aurais voulu

    Autre effet: mes cheveux longs et nombreux à l’époque se sont énormément affinés, j’ai beaucoup perdu en masse au point de complexer sur ma chevelure

    ———————-

    Pas d’autres problèmes par ex pas de soucis digestifs mais depuis mes 22 ans environ boulimie non vomitive/hyperphagie (accro au sucre, j’ai des crises le soir où j’avale tout ce qui est sucré, même si je vais bien moralement). Mais pas possible de dire si il y a un lien avec roaccutane

  2. Jordan dit :

    Bonjour,
    Pour ma part après une cure de roaccutane, je suis sour norset (Anti dépresseur) et solian 50mg (neuroleptique) et j’ai régulièrement des douleurs dans ma tête sans parler de mes migraines.
    Je regrette d’avoir pris du roaccutane mais j’ignorais à l’époque en 2013 qu’il pouvait diminuer la zone des émotions comme le souligne le Pr Brenmer.
    Roaccutane m’a déclenché de la tension nerveuse au cerveau et uniquement norset a soigné cette tension nerveuse. depuis avril 2018 je suis sous traitement et je rêverai de devenir le jeune homme heureux et épanoui que j’étais autrefois.
    Je suis rentré en contact avec le Pr Bremner qui me conseillait le Zoloft, malheureusement je ne l’ai pas supporté.
    Pour résumé, ne prenais JAMAIS roaccutane, absolument JAMAIS.

  3. bouledenerf dit :

    mon fils a pris du curacné à faible dose il y a 5 ans et pendant quelques mois.
    en fait c’est à l’arrêt du traitement que les soucis sont apparus.
    il est soigné pour des maladies vectorielles à tique
    il ne peut quasi plus aller aller en cours et il semble difficile de soigner la maladie de lyme….
    Les soucis sont arrivés après la prise….le pauvre, il était persuadé que ne plus avoir d’acné lui donnerait plus confiance ne lui.
    Que nenni, c’est tellement la catastrophe maintenant

  4. Tsitsi dit :

    Bonjour à tous,
    Je suis aussi une victime du Roaccutane. S’il vous plaît, prenez contact avec M. Imbert de l’AAAVAM. Je ne sais pas si cela donnera quelque chose mais il y a de plus en plus de personnes qui déposent un dossier et peut-être qu’une action de groupe sera possible ou au moins de médiatiser un peu la chose.
    Merci d’avance et courage !

  5. Institut de l'hyperhidrose dit :

    Bonjour,
    Pour connaitre le lien possible entre hyperhidrose (transpiration excessive) et roaccutane : https://transpi.wordpress.com/2019/07/15/effets-indesirables-roacutane-transpiration/
    Bien à vous,

  6. Sam dit :

    Je sympathise avec tout le monde qui on commis l’erreur de prendre ce poison,…comme moi. Je vous souhaite de trouver un peu de bonheur à travers ces moments difficiles. Pour ma part, ma copine de longue date vient de me larguer, car je ne suis pas la même personne d’autrefois, parce que je ne possède pu l’énergie et la flamme d’auparavant. Avant accutane, j’avais la santé, l’amour, des projets, des ambitions. Aujourd’hui je suis anxieux, dépressif, perdu. Mes cheveux ne font que tomber, laissant une pauvre coupe dégarnie. Mon corps ne veut pu se reposer et s’al;imenter. Bref, comme vous tous, je cherche désespérément le moyen miracle de sortir de cette enfer. Si seulement il y avait un remède concret pour redevenir comme avant, je serais le premier en fil pour m’y procurer. Si quelqu’un lis ce message et n’a jamais touché à ce médicament, sauve toi le plus loin de cette chose. Change ton alimentation ( pas de viande et de lactose), change ta routine de vie, change tes crèmes, mais n’avale jamais l’accutane. Je ne sais pas ce que la vie nous réserve pour la suite, mais courage à tous et utiliser votre expérience pour informer vos proches de ne jamais utiliser ce médicament.

  7. messaoud valerie dit :

    bonsoir,

    sous roaccutane pendant un ans !dosage jusque 40mg!
    déjà subit deux biopsies sans réponses de l hôpital pour des marques sur le visage et le corps (principalement le coup!)
    tache qui me gâche la vie et me brule!!!!
    fatigue intense!perte des cheveux!epuisement sans origine?
    sous seroplex depuis 15 ans.
    plus de tiroide!
    ma vie est un bateau qui ne m a pas laisser de rame pour avancer!
    le roaccutane était il nécessaire?
    je ne sais pas ,mais c est un peu tard,non?
    bon courage a tous

    VaVa

  8. poisened dit :

    Bonsoir,

    J’ai pris Roaccutane pour une acnée modérée en 2004 pendant 6 mois, j’avais 22 ans… les crises de panique ont commencé après 3 mois, je n’ai pas vraiment fait le lien avec le médicament à l’époque. Avant le traitement j’étais quelqu’un de tout à fait « normal », pas d’antécédents psychiatriques, j’étais sociable, enjoué. Mais le traitement a tout changé. Sans m’en rendre compte je suis devenu une autre personne, avec un état dépressif profond, des phobies, sociales surtout, des tocs.
    Je suivais des études dans une école de commerce, j’ai réussi à aller jusqu’au bout mais j’étais un vrai zombie. Ensuite j’ai pu travailler, difficilement, jusqu’à l’épuisement. Depuis 10 ans maintenant je ne vis que de petits boulots. Mon parcours est chaotique.
    J’ai compris il y a seulement 2 ans que mon problème venait du Roaccutane. En fait, depuis le début de mes problèmes je l’ai soupçonné, mais les médecins me disaient qu’il était impossible d’avoir des effets secondaires après le traitement. J’y ai cru.
    Il y a 2 ans j’ai compris que les effets secondaires pouvaient persister après avoir lu beaucoup de témoignages et j’ai tout de suite fait le lien entre mon état et Roaccutane.
    Je n’arrive pas à accepter que ma vie soit ruinée à cause de ce médicament. Depuis 15 ans je me bats pour m’en sortir mais je vois très peu d’évolutions. Je suis passé par la case anti dépresseurs mais rien n’y a fait, je ne prends plus aucun médicament depuis 7 ans. J’ai essayé plusieurs psychothérapies, sans succès. Je suis vraiment désespéré. Tout ça à cause d’un médicament…
    Matt

  9. justice dit :

    bonjour,

    message à tous, n’oubliez pas de déclarer tous vos effets secondaires en ligne c’est important ! pour ceux qui veulent agir, une reunion avec des avocats et des vicitmes de la molecule a eue lieu cemois de novembre concernant une possible action de groupe, il est encore temps de rejoindre le mouvement et de constituer vos dossiers, il suffit de contacter l’AAAVAM à Paris, un groupe facebook « victimes de roaccutane, curance procuta … » existe également

    Bon courage a tous

  10. Tony dit :

    Bonjour,

    J’ai pris Curacné (un générique de Roaccutane) en 2004 lorsque j’avais 16 ans. J’en ai aujourd’hui 32. J’ai commencé le traitement en janvier 2004 à une dose de 25 mg puis :

    - 30 mg en février 2004
    - 35 mg en mars 2004
    - 40 mg en mai 2004

    Dès le début du traitement, des douleurs articulaires sont apparues et comme la majorité des personnes, les lèvres sèches, les yeux également, les douleurs aux dos et la fatigue accentuées…

    Mais le plus frappant a été lors du passage aux 40 mg. J’ai eu des idées noires soudaines et même suicidaires (alors que je ne présentais aucun antécédant psy). J’en ai parlé à mes parents qui m’ont tout de suite dit d’arrêter le traitement (le lien n’avait pas été fait avant, on avait mis ça sur le compte de l’adolescence).

    Malheureusement c’était trop tard pour moi.

    Aujourd’hui je n’ai plus d’idées suicidaires mais ma vie est difficile, je souffre de grande fatigue, d’épisodes de dépression, je n’ai plus de vie sentimentale et ma carrière est hachée par de nombreuses coupures et arrêts maladie, même si j’ai pu reprendre par deux fois mes études pour obtenir un honorable bac 3 à 30 ans.

    J’essaie diverses méthodes pour m’en sortir, j’ai changé radicalement mon alimentation en supprimant produits industriels, raffinés, contenant du gluten/lactose. Mes repas sont riches en fruits et légumes, en jus de légumes, je prends des plantes médicinales tels que la valériane, la ballotte, la passiflore, le chardon marie… Je pratique du jeûne intermittent 16/8 (je ne mange pas le matin) et organise de temps en temps des journées de jeûne sec ou encore monodiète de pommes… Je fais des exercices de respiration, essaye de changer mes pensées.

    Les changements sont minimes mais je m’accroche. Car c’est soit cela ou une vie de mort…

  11. Johndoe dit :

    Hello

    Pris depuis maintenant 8 ans et j’ai eu et j’ai encore de la dépression, de l’anxiété généralisée, psychoses paranoïaques.
    Je ne sais pas si c’est lié mais j’ai de forts soupçons.
    Ce que je peux conseiller ici aux autres victimes c’est de revoir complétement votre hygiène de vie ca peut fortement aider (alimentation, jeune intermittent,sport, meditation….)
    Courage et force à nous !

  12. Stéphane dit :

    Bonjour,

    voici un message du groupe de victimes de l’isotretinoïne du Royaume-Uni (UK).

    Si les choses évoluent au Royaume-Uni (UK), cela peut se répercuter dans d’autres pays ensuite, comme en France par exemple.

    Nous avons besoin que de véritables victimes de l’isotrétinoïne se présentent pour parler à une équipe d’experts pluridisciplinaires qui est mise en place par les régulateurs des autorités de santé UK ( MHRA du Royaume-Uni , équivalent de l ANSM française). Il est impératif que nous profitions de cette opportunité car nous n’aurons pas une autre chance comme celle-ci avant au moins 5 ans.

    Cette réunion est différente de tout ce qui a été fait auparavant, car les victimes ont la possibilité de s’impliquer.

    Les régulateurs du système de santé offrent un anonymat complet à toutes les victimes qui se soucient suffisamment de cette problématique pour se manifester.

    Donc chacun-e-s peut s’exprimer, profitez-en!

    C’est l’occasion de décrire votre expérience et d’exprimer vos préoccupations : qu’aimeriez-vous voir se produire?

    Si vous souhaitez que le médicament soit interdit, que les prescriptions soient limitées ou tout simplement mieux étiquetées, il est temps de vous présenter.

    Si vous souhaitez en discuter davantage, veuillez envoyer un courrier électronique à Sam :

    ukpostaccutanesyndrom@gmail.com

    Nous pourrons vous donner l’adresse e-mail directe de la personne chez MHRA ( équivalent UK de ANSM française) qui acceptera votre e-mail et/ou prendra des dispositions pour que vous rencontriez les experts.

    Parallèlement, vous pouvez contacter la MHRA via leurs services clients:
    mhracustomerservices@mhra.gov.uk
    info@mhra.gov.uk

    (veuillez mettre Sam ( ukpostaccutanesyndrom@gmail.com ) en copie du mail ( CC) afin que nous puissions garder une trace).

    Merci.

  13. Stéphane dit :

    Le mail direct de Sam : samward4@hotmail.com

  14. sebastien brienne dit :

    on soigne beaucoup de cancer aujourd’hui mais le cancer viens t il pas de ces putains de medoc qu ont nous fait avaler chaque jours pour une gastro pour un rhume pour dormir pour la tension le cholestérol le diabète
    un business de merde tous viens simplement de l alimentation,mais malheureusement on bouffe que de la merde
    pouvoir a ces grosse industries

  15. sebastien brienne dit :

    le roaccutane et ses génériques sont de la merde et si quelqu un en prends après avoir lu les avis sur ce forum alors il n a rien a faire ici et qu il viens pas se plaindre dans 1 an des effets de ce medoc

  16. sebastien brienne dit :

    je vois beaucoup de commentaires je suis sur ce forum depuis le début de avrg le medoc isotrétinoïne donne pour effet secondaire problème digestif inflammation de l intestin et rien d autres mais les problèmes digestif entraînent beaucoup de symptômes un mal être douleurs musculaires articulaires manque de sommeil et dépression

  17. Juliette dit :

    Bonjour à tous .

    J’ai pris du Curacné 20 mg pendant 9 mois en 2017 (à l’âge de 27 ans) pour une acné rétentionnelle persistante après avoir essayé tous types de traitements moins sévères, et supportant difficilement les problèmes d’acné à l’âge adulte.

    Avant de prendre ce traitement j’ai fait part à mon dermatologue de mes craintes concernant les troubles de l’humeur liés au traitement. Je l’ai aussi informé du décès de ma mère 9 ans plus tôt et d’une ancienne dépression légère liée à ce deuil.

    Mon dermatologue a ainsi réagi en me disant « vous n’avez plus l’air déprimée, ne vous inquiétez pas ».
    J’ai trouvé ça un peu léger mais je me suis dit que si je sentais un éventuel changement d’humeur je pourrai de toutes façon interrompre mon traitement.

    Au cours du traitement j’avais les effets secondaires normaux (yeux secs, lèvres gercées) et parfois maux de têtes, vertiges… mais pas de troubles de l’humeur.

    Les problèmes pour moi sont apparus concomitamment à l’arrêt du traitement : j’ai commencé à avoir des douleurs musculaires dans le bas du dos puis progressivement dans tous les muscles et articulations de mon corps, associées à une dépression sévère (angoisses, idées obsessionnelles face à ces douleurs et envies suicidaires, perte d’appétit, insomnies, pertes de cheveux ).
    J’étais dans un cauchemar.

    J’ai consulté tous les spécialistes de la terre et fait une batterie d’analyses qui se sont révélées normales. Tout était donc dans ma tête selon le corps médical …

    S’en est donc suivie une hospitalisation à l’hôpital psychiatrique d’un mois et demi (jamais je n’aurais imaginé être internée en HP ) avec prescription d’antidépresseurs (venlafaxine) et antipsychotiques (abilify). J’ai ainsi beaucoup dormi, longtemps.

    Pendant le traitement mes douleurs ont disparues et mon moral s’est amélioré. J’ai donc décidé de l’arrêter progressivement, supportant difficilement le fait d’être droguée et apathique .

    Seulement voilà, les douleurs et la dépression sont revenues de plus belle.

    Aujourd’hui, à 30 ans et trois ans après la prise du traitement Curacné, j’ai donc de gros problèmes psychiques ( dépression sévère ) et physiques ( douleurs musculaires, fatigue permanente, yeux secs et qui me brûlent, peau rouge et sèche ) que j’attribue à ce médicament.
    J’ai l’impression d’avoir 80 ans.

    J’ai une belle peau certes mais mon corps et mon cerveau sont endommagés et il n’y a aucun retour en arrière possible.

    En conclusion, ne prenez cette MERDE sous aucun prétexte.

  18. sebastien brienne dit :

    oui tout a fait après avoir pris ce medoc on a le physique d une personne de 80 ans c est l effet de l isotrétinoïne seul remède régime (légumes,fruits, et viande blanche)et beaucoup de repos pas de tabac et pas d alcool

  19. sebastien brienne dit :

    les laboratoires sont la pour ce faire du fric mais pas pour soigner les gents arrêtez de prendre ses produits toxiques de merde les saloperies de medoc qui vous soulage un mal être et qui vous détruit tous l intérieur le systeme digestif

1 237 238 239 240

Répondre

linterne |
MIEUX VAUT ALLUMER UNE CHAN... |
SOLANGE SALARIEE D'UNE PARF... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Comparatif Mutuelle
| Thèse "LES PANSEMENTS DE L'...
| Mona Vie